Flux RSS
RSSAbonnez-vous
Recherche

Notre empereur a eu certes une réputation d’homme autoritaire mais il usait bien de sa malice notamment auprès des parisiens !

Bonaparte a beaucoup aimé fréquenter le Palais-Royal, un des seuls endroits où on pouvait croiser « un prêtre, un voleur ou une prostituée », et le Jardin et Palais des Tuileries.

Au Palais-Royal, il y perdit sa virginité dans les arcades (c’est consigné dans son journal), devenus des bordels et autres lieux d’animation très intense. Ces arcades furent construites en 1785 par le duc de Chartre futur Philippe-Egalité qui louait pour éponger ses dettes.

Mais le plus incongru fut son attitude aux Tuileries. Bourienne raconte dans ses mémoires qu’il l’accompagnait le soir vêtu d’une redingote grise pour paraître discret. Il interpellait les passants ou les commerçants en leur disant « Et bien, monsieur ! Quoi de nouveau ? Que dit-on de ce farceur de Bonaparte ? « …stratagème malicieux pour connaître sa réputation.

Le jour où il fut le plus heureux, c’est lorsqu’on lui demanda de déguerpir à cause du ton irrévérencieux qu’il avait employé à l’égard du premier consul, c’est-à-dire lui-même !

Une Réponse à “L’histoire insolite : quand Bonaparte se prenait pour un farceur…”

  1. La Parisienne dit :

    C’est étonnant pour Palais Royal quand on pense que maintenant on y trouve le ministère de la Culture et que les jardins sont souvent utilisés pour des expos en plein air ou des défilés de mode !
    Un sacré farceur ce Bonaparte… mais comme on dit, on plaide le faux pour savoir le vrai ! ;-)

Laisser un commentaire